4 mn de lecture

L’humain au coeur de l’organisation apprenante : le cas d’Alenvi

alenvi2

« L’empathie est la première valeur recherchée et valorisée lors du recrutement, car tout l’enjeu d’Alenvi est de créer une relation unique avec chaque bénéficiaire et sa famille »

SEP-BLEU-SLASH-EXTRAIT
Interview des collaborateurs d’Alenvi

Pour le premier Numéro des dossiers Learn Assembly Papers, nous nous sommes plongés au cœur des entreprises apprenantes. Dans cette interview, Antoine Amiel, co-fondateur de Learn Assembly, a interviewé différents collaborateurs d’Alenvi, une entreprise d’aide à domicile atypique par son fonctionnement et ses valeurs.

Créée par trois associés, Alenvi est une start-up fondée avec la ferme volonté de redonner du sens aux métiers de services à domicile. Elle permet aux bénéficiaires et aux auxiliaires de créer de vrais liens en replaçant l’humain au centre de ses valeurs. Comment cela se concrétise-t-il au quotidien ? En interrogeant les collaborateurs d’Alenvi, nous avons retenu trois grandes idées qui permettent à cette jeune pousse de s’imposer comme un modèle d’entreprise apprenante seulement trois ans après sa naissance, et remplir ainsi sa mission sans déroger à ses valeurs.

Le rapport au temps

Les auxiliaires interviennent pour des missions de 2 heures minimum et sont rémunérées au temps plutôt qu’à l’acte. Cette gestion du temps permet de créer de vrais liens avec les bénéficiaires, et des conditions propices à l’apprentissage. Les auxiliaires ont et prennent le temps pour chaque acte ou décision. Le rapport au temps se révèle ainsi un facteur clé de l’organisation apprenante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans nos derniers Numéros…

Sep-gris-@2-500

numéro 1

L&D et organisation apprenante : témoignage d’Orange

numéro 1

Livre blanc : qui sont les acteurs du marché de l’entreprise apprenante ?

numéro 1

L’organisation apprenante, une permaculture qui s’ignore ?

numéro 1

Organisation apprenante et employabilité : interview d’Alexandra Lange – AG2R La Mondiale