Pourquoi Aristote avait déjà tout dit sur les Netflix de la formation ?

5 mn de lecture

SEP-GRIS-EXTRAIT

« Promettre l’arrivée des Netflix de la formation revient à promettre l’abbaye de Thélème : un lieu utopique ou des personnes éclairées et passionnées vivent en harmonie autour du partage de connaissances, de la liberté et de l’amour de la beauté. »

SEP-GRIS-EXTRAIT

Article écrit par Antoine Amiel, Cofondateur de LearnAssembly, et initialement publié sur LinkedIn.

On voit depuis quelques temps se multiplier les publications sur le sujet du “Netflix de la formation”.  Les analogies ont le mérite de rendre un propos explicite. Comme l’explique Aristote dans le premier et meilleur livre de management-leadership de l’histoire de l’humanité, “Ethique à Nicomaque”, l’analogie est une stricte égalité entre deux concepts : Tinder de la formation, Tripadvisor de la formation, Amazon de la formation : ces analogies sont en réalité des symboles, des images, permettent de faire immédiatement comprendre le positionnement d’un agent économique sur son marché, en détournant une référence connue de tous.

Pourtant, quelque chose me titille avec le terme de Netflix de la formation. J’ai la sensation que l’analogie est loin d’être aussi limpide et évidente que celles citées ci-dessus. Et pour cause, un élément tout simplement essentiel semble avoir été oublié : la raison pour laquelle nous regardons Netflix.

Pour illustrer mon propos, laissez-moi vous raconter une anecdote totalement inintéressante. La semaine dernière, après une grosse journée de travail, je décide de me vider la tête. J’avais la flemme de reprendre un livre pourtant passionnant et que je vous recommande : la Troisième vérité de Léonide Borodine. Quoi de mieux pour m’endormir tranquillement qu’un épisode de série pas trop compliqué, agréable, léger ? N’étant pas client Netflix je ne suis pas allé sur la plateforme, mais pour les bienfaits de cet article on dira que j’y suis allé, et que j’ai regardé un épisode d’une série quelconque. Puis, je me suis endormi du sommeil des braves.

Et maintenant, voici exactement ce que je n’ai pas fait après cette grosse journée de travail : réfléchir à mes besoins de compétences, puis effectuer une recherche sur une plateforme pour identifier une formation correspondant à mes besoins. M’inscrire à cette formation et commencer vaillamment les premiers modules, un carnet et un stylo à la main, concentré, déterminé, “focus”, fier d’être acteur de mon employabilité. Je n’ai pas non plus passé les premiers quizzes et planifié dans mon agenda d’autres sessions d’auto-formation sur mon temps personnel. J’ai encore moins contribué au forum pour expérimenter les bienfaits du social learning. Non, je n’ai rien fait de tout cela : j’ai regardé un épisode de série et je me suis endormi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Sep-gris-@2-500
privacy

Mettre les émotions au service du digital learning : le cas Malakoff-Médéric sur la protection des données et la RGPD

evaluation

Evaluer la « culture learning » de l’entreprise plutôt que ses formations

DLF

Livre blanc : pourquoi et comment monter une Digital Factory ?

DLM_header

Livre blanc : qui sont les Digital Learning Manager ?

COOC

Livre blanc : 7 clés pour déployer un COOC

Orange LearnAssembly v2_Moment

L&D et organisation apprenante : témoignage d’Orange