3 mn de lecture

« Talent Crunch » : pourquoi nous n’avons pas d’autres choix que de devenir des organisations apprenantes ? – FTE 2019

DSC09696

Dans un contexte de transformation digitale de nos organisations et d’obsolescence accélérée des compétences, Korn Ferry a interrogé 1500 leaders de grands groupes dans le monde entier sur les enjeux de pénuries de talents et sur les stratégies qu’ils déploient pour y remédier.

SEP-BLEU-SLASH-EXTRAIT
Interview d’Alice Risetti, Associate Client Partner chez Korn Ferry

Learn Assembly recevait en conférence d’ouverture de la French Touch de l’éducation Alice Risetti, Associate Client Partner – Advisory chez Korn Ferry, pour une intervention sur les enjeux du skillgap. L’étude réalisée par le cabinet Korn Ferry intitulée The Global Talent Crunch a le mérite de reposer l’importance du sujet. Et de révéler, qu’en-dehors du cercle du développement RH, le constat semble un peu moins partagé…

Le point de départ de l’intervention est le constat de l’évolution du rapport des individus à leur travail en raison  de tendances structurelles : évolution des modes de travail, changement climatique, démographie etc….

85 millions d’actifs formés vont manquer dans le monde

Ainsi, selon l’étude, 85 millions d’actifs formés vont manquer dans le monde alors que 3% des emplois ne sont pas pourvus faute de qualification, ce chiffre pouvant passer à 11% d’ici 2030.

Ainsi, l’Inde, qui a investi massivement dans l’éducation sera le seul pays “à l’équilibre en 2030” entre l’offre d’emplois  qualifiés et la demande de travailleurs qualifiés. Contrairement à la France, pour qui un delta de 700.000 emplois entre les jobs détruits (300 000) par la révolution numérique et ceux créés par cette dernière (1 million).

Seulement 13% des CEO considèrent leurs employés et l’employabilité comme une priorité stratégique

Si ces chiffres ont le mérite d’être très parlants, ils ne parlent pas à tout le monde… En effet, seulement 13% des CEO considèrent leurs employés et l’employabilité comme une priorité stratégique. Comment expliquer ce décalage entre réalité vécue et réalité ressentie ? 

L’une des croyances révélée par l’étude est la suivante : pour deux nombreux dirigeants, la création de valeur viendra de la technologie, bien plus que du capital humain. L’idée selon laquelle le numérique contribuerait à la création de valeur et dédouanerait d’un travail de fond sur les compétences et l’humain reste donc bien ancrée.

Les salariés font de l’humain le critère essentiel de leur vie professionnelle

Or, le rapport au travail induit par les nouvelles générations bouscule cette croyance. La quête de sens, la distinction entre la vie professionnelle et la vie privée, la transformation du lieu de travail, la dimension éthique des organisations sont des aspects de plus en plus valorisés par les collaborateurs (en tout cas ceux qui ont le choix NDLR).

Alors que les salariés font de l’humain le critère essentiel de leur vie professionnelle et accordent de plus en plus d’importance à ce sujet, les dirigeants d’entreprise continuent d’orienter leur stratégie vers une création de valeur purement technologie et court-termiste, que l’on peut résumer de la manière suivante : 

  • Ouverture et agilité vs priorité business
  • Sens vs technologie 
  • Tournée vers l’humain et inclusive vs ayant un modèle de prise de décision uniquement data-driven

Ainsi, le profil attendu  du leader de demain reposerait sur cinq piliers : 

  • Anticipation des opportunités et des besoins sociétaux 
  • Mobilisation des équipes en donnant du sens et en inspirant les collaborateurs (veiller à la charge mentale notamment)
  • Accélération des modes de production de l’innovation
  • Logique de partenaire  visant à  valoriser les collaborateurs
  • Confiance et capacité à susciter une mise en mouvement

Alice Risetti conclue en citant Antoine Riboud, PDG Danone, qui disait dès 1972 : « Conduisons nos entreprises autant avec le cœur qu’avec la tête et n’oublions pas que si les ressources de la Terre ont des limites, celle de l’Homme sont infinies s’il se sent motivé ».

Comme quoi, les réponses du futur sont souvent à trouver dans le passé…


Pour aller plus loin, téléchargez notre livre blanc sur la cartographie du marché de l’entreprise apprenante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans nos derniers Numéros…

Sep-gris-@2-500

numéro 2

Entreprises en crise : la mobilité interne à la rescousse

numéro 1

Vous voulez devenir une organisation apprenante ? Proposez des CDI et écoutez vos salariés

numéro 3

Confinement : les modalités de formation mises en place vont-elles durer ?

numéro 3

Imaginaire numérique de l’éducation et « coup de tablette magique » : interview de Pascal Plantard

Nos articles vous plaisent ? Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé(e) des nouvelles publications sur Learn Assembly Papers