Knowledge Management : comment conserver le savoir des baby-boomers ?

4 mn de lecture

SEP-GRIS-EXTRAIT

« Disons-le, avec la mondialisation et le départ à la retraite des baby-boomers, la masse de savoir et de savoir-faire des entreprises amenée à disparaître va être tout simplement colossale.
L’enjeu-clef est donc le développement d’une culture de la transmission dans les entreprises. »

SEP-GRIS-EXTRAIT

Article écrit par Antoine Amiel, CEO LearnAssembly, et initialement publié sur LinkedIn

Un ingénieur-formateur proche de la retraite, amené à voyager aux quatre coins du monde pour former ses pairs, m’a contacté récemment pour savoir comment optimiser sa formation avec le digital. En soi, rien de bien innovant. Ce qui l’est plus c’est le moment ou il m’a dit : « on est trois dans la boite à savoir faire ce que je fais; quand je partirai à la retraite, ce sera un bordel monstre ».

Cet ingénieur constatait un éparpillement et une disparition du savoir-faire de son entreprise. Les raison invoquées : la pyramide des âges, l’éclatement géographique, le recrutement massif de juniors et une absence de culture de la transmission . Toute une génération de baby-boomers s’apprête à quitter le monde du travail : s’est-on préoccupé de la transmission de leur savoir et de leurs expertises ? Que fera-t-on quand l’expert X spécialiste d’une technologie ou procédé chimique installé en Suède sera parti à la retraite ? Que fera-t-on quand des milliers d’ouvriers spécialisés ayant plus de trente ans de métiers s’en iront ?

Contrairement au monde de l’enseignement supérieur dans lequel le savoir est extrêmement formalisé – parfois de manière excessive -, le monde de l’entreprise n’a pas toujours formalisé son savoir. Les collaborateurs ayant de bons réseaux internes se débrouillent, mais cela ressemble plus à du système D qu’à un système de gestion de la connaissance efficace.

L’entreprise moderne bureaucratique a formalisé de nombreux process et mécanismes de contrôle de ses salariés, mais les process de transmission du savoir restent perfectibles. Rares sont les entreprises à avoir une culture de la transmission peer-to-peer, à favoriser la création de contenus pédagogiques produits par des experts, à développer la culture du formateur occasionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Sep-gris-@2-500
DLF

Livre blanc : pourquoi et comment monter une Digital Factory ?

DLM_header

Livre blanc : qui sont les Digital Learning Manager ?

COOC

Livre blanc : 7 clés pour déployer un COOC

Orange LearnAssembly v2_Moment

L&D et organisation apprenante : témoignage d’Orange

LB

Livre blanc : qui sont les acteurs du marché de l’entreprise apprenante ?

alenvi2

L’humain au coeur de l’organisation apprenante : le cas d’Alenvi