L’énigme du budget rectificatif 2024 de France Compétences

07 mn de lecture

SEP-GRIS-EXTRAIT

Le budget prévisionnel rectificatif de France Compétences pour l’année 2024, dévoilé récemment, donne des indications sur les priorités stratégiques des dépenses en formation. Alors que le déficit était de plus de deux milliards en 2023, il ne sera "plus que" d'un milliard en 2024.

SEP-GRIS-EXTRAIT

Que retenir du budget rectificatif 2024 de France Compétences ? 

  • Des ressources en baisse : Le budget rectificatif de France Compétences pour 2024 affiche des ressources pour 13,67 milliards d’euros. Les contributions des employeurs, incluant celles des particuliers et des travailleurs indépendants, en constituent une part majeure, atteignant près de 11 milliards d’euros. Les dotations de l’État sont en baisse. Ce sont donc les entreprises qui paient la généreuse politique d’apprentissage mise en place.
  • Faibles investissements dans la reconversion : Avec 435 millions d’euros pour le financement des projets de reconversion professionnelle, l’accompagnement des transitions reste limité. Dans un marché du travail volatil et en relatif plein emploi, de plus en plus d’actifs n’ont pas besoin de passer par un dispositif complexe. Ils peuvent se former rapidement et trouver un emploi tout aussi rapidement sans passer par un processus long et encore méconnu.
  • Focus sur l’alternance : Les dépenses liées aux actions de l’alternance sont marquées par un financement de 10,2 milliards d’euros. Les baisses de NPEC n’ont donc pas suffit à réduire le déficit de France Compétences.
  • Appui aux demandeurs d’emploi : 800 millions d’euros sont alloués à la formation des demandeurs d’emploi.

Le point de vue de Learn Assembly : Ce budget rectificatif 2024 de France Compétences met en évidence des choix stratégiques en matière de formation : l’apprentissage reste la priorité n°1. Le million, le million ! (d’apprentis bien sûr). Ce déficit soulève des questions sur la viabilité du financement de la formation à long terme. Quant à l’objectif du million, il est devenu une sorte de slogan repris par toutes les parties prenantes, sans que l’on sache précisément pourquoi.

Nous avons la conviction chez Learn Assembly que des études d’impact sur les coûts évités par cette généreuse politique de financement permettrait de la justifier et de l’expliquer : augmentation de l’insertion et d’une employabilité durable, réduction du chômage, coûts évités pour l’assurance-chômage, accès à des réseaux professionnels etc… : l’investissement dans l’apprentissage est probablement socialement rentable. Mais peu d’études complètes viennent le confirmer. Face à l’orthodoxie budgétaire et aux attaques de l’enseignement supérieur, des arguments sérieux seraient utiles pour justifier ce niveau de dépenses très élevées.

Revenons également sur la place des entreprises dans le financement : pour de nombreuses entreprises, la contribution obligatoire au titre de la formation professionnelle est perçue comme une taxe qu’elles s’efforcent de récupérer en recrutant des alternants par milliers, compensant la fin de la mutualisation période OPCA. Cette pratique n’a rien de répréhensible, elle permet à l’apprentissage de prendre son envol. On peut en revanche s’interroger sur le refus de certaines entreprises de payer ne serait-ce qu’un euro de reste à charge. Un reste à charge qui sera probablement généralisé et nécessaire à l’avenir pour équilibrer le système. Et qui pourrait doucher les espoirs du fameux million d’apprentis.

Le budget de France Compétences est un budget résolument tourné vers les jeunes et c’est une bonne chose dans un pays dont les dépenses sociales sont plutôt tournées vers les seniors via les retraites. La formation continue, via le CPF, est un peu oubliée. Elle est pourtant l’avenir de la formation, appelé de ses vœux par tous les économistes du FMI ou de l’OCDE, pour faire face aux disruptions majeures de l’emploi que nous vivons actuellement.

Budget rectificatif France Compétences 2024 Annexe 1

Learn Assembly est une learning compagnie dont la mission est d’aider les entreprises à développer l’employabilité de leurs salariés, de manière saine et durable. Architecte et bâtisseur d’expériences apprenantes, nous désignons des solutions innovantes de learning pour plus de 200 clients. Learn Assembly c’est aussi Learning Boost, la première solution d’auto-positionnement entièrement personnalisable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Sep-gris-@2-500
capture dallee

La formation professionnelle est-elle frappée par la vague des bullshit jobs  ?

Image de l'article (1)

Directions L&D : quels métiers, quels salaires et quelles compétences ?

Cover image articles papers (4)

Learn Assembly met des acteurs de la formation à l’honneur : Pollen

Cover image articles papers (1)

Learn Assembly met des acteurs de la formation à l’honneur : L’École de la convivialité

4

Learn Assembly met des acteurs de l’IA dans le learning à l’honneur : Checksub

Cover image articles papers (2)

Réindustrialisation de la France - où trouver les compétences et le foncier ?