Comment retrouver le chemin de l’emploi ?

SEP-GRIS-EXTRAIT

“Qu’est-ce que tu fais dans la vie ?” Une question si commune, dont la réponse n’est pas toujours évidente. Surtout lorsque l’on est au chômage. Dans ce 3ème épisode, le podcast Objectif Compétence se demande comment former les personnes éloignées de l’emploi. Avec Hélène Bamogo et Pierre Gattaz.

SEP-GRIS-EXTRAIT

Comment ramener sur le chemin de l’emploi les personnes qui en sont le plus éloignés ? Comment les former en prenant en compte à la fois leurs aspirations personnelles et les réalités du marché de l’emploi ? Voilà les questions abordées dans ce 3ème épisode du podcast Objectif Compétence

Pour tenter d’y répondre, la parole est donnée à Hélène Bamogo, chargée de formation au sein de l’expérimentation Territoire Zéro Chômeurs de Longue durée (TZCLD), et Pierre Gattaz, Président de l’association “Y croire et agir” et ancien Président du MEDEF. 

Première étape : lutter contre le chômage

En France, le taux de chômage est de 7,4% [1]Fin 2021 selon les statistiques de l’INSEE. Et 2,5% de la population active est touchée par le chômage de longue durée. C’est pour cette raison que l’association “Y croire et agir” et l’expérimentation TZCLD [2]Retrouvez notre interview de Clémentine Hodeau, Directrice du Fonds d’expérimentation territoriale “Territoires zéro chômeur de longue durée” existent.

Mise en place en 2017 par l’État, l’expérimentation TZCLD vise à lutter contre la privation de l’emploi. Initialement prévue pour ne durer que 3 ans, elle à été reconduite en 2020 suite à la crise sanitaire du COVID-19. Elle a pour but d’embaucher des personnes au chômage depuis plus d’un an, dans des entreprises créées spécialement dans le cadre de l’expérimentation (EBE). Des comités locaux ont pour mission d’identifier les profils à sélectionner, tout en prenant en compte les besoins des territoires et des entreprises hors EBE. L’enjeu étant d’éviter de créer une concurrence pouvant impacter négativement leurs activités. 

Mais l’accès à l’emploi ne se limite pas à trouver un travail. L’aspect psychologique est une dimension importante à prendre en compte. C’est pourquoi l’association “Y croire et agir” a été fondée. Elle s’occupe de la réintégration des personnes éloignées de l’emploi, en les aidant à retrouver confiance en elles pour retrouver une situation professionnelle stable. 

Le rôle de la formation dans le retour à l’emploi

La formation joue un rôle central pour retrouver le chemin vers l’emploi. L’association “Y croire et agir” l’a bien compris. En effet, elle enseigne à ses bénéficiaires les soft skills. En leur fournissant des outils pour faciliter l’insertion et des méthodologies de travail efficientes, l’association donne aux bénéficiaires les clés pour valoriser leur profil auprès des recruteurs. 

D’autre part, la sensibilisation à l’entrepreneuriat est un de leurs leviers les plus efficaces pour inspirer et motiver. En présentant les possibilités d’évolution qu’il offre, l’association peut leur ouvrir la voie vers un parcours différent de celui en entreprise. De plus, les formations s’adaptent aux ambitions et compétences des apprenants, ou à celles qu’ils souhaitent développer. 

Aussi, la formation peut occuper un rôle de facilitateur. C’est le cas de l’expérimentation TZCLD. En effet, les futures activités des participants sont définies à la suite d’une identification de leurs compétences. Puis ils peuvent bénéficier de formations pour les consolider et les développer, comme l’explique Hélène Bamogo. Une fois embauchés, ils sont poussés à identifier, dans l’exercice de leurs fonctions, des points d’amélioration pour assurer leur montée en compétences. 

Les entreprises locales concernées par l’expérimentation peuvent également faire part de difficultés de recrutement sur des postes spécifiques. C’est à ces fins que des parcours de formation adaptés leur sont proposés. Les collaborateurs deviennent ainsi plus performants et plus à l’aise dans leurs activités. La formation représente donc un levier important de progression dans leur retour sur le chemin de l’emploi.

Enfin, le maintien de la rémunération au cours de la formation constitue un avantage considérable. En effet, les employés évoluent dans un environnement favorable à leur montée en compétences.

Pour conclure

En développant leurs compétences (“hard” ou “soft”), en les accompagnant psychologiquement dans leur réinsertion et en les orientant vers les bonnes entreprises, ces deux initiatives aident les personnes qui en ont besoin à retrouver le chemin vers l’emploi.  Vous voulez en savoir plus ?


Learn Assembly est une learning compagnie dont la mission est d’aider les entreprises à développer l’employabilité de leurs salariés, de manière saine et durable. Architecte et bâtisseur d’expériences apprenantes, nous designons des solutions innovantes de learning pour plus de 200 clients. Learn Assembly c’est aussi Learning Boost, la première solution d’auto-positionnement entièrement personnalisable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Sep-gris-@2-500
Le développement des compétences, médecin malgré lui ?

Le développement des compétences, médecin malgré lui ?

Webinar transformation bas carbone de l'économie (1)

Transformation bas carbone de l’économie : quelles compétences et quels emplois ?

impact des NFT sur l'apprentissage

L’impact des NFT sur l’apprentissage

Résumé étude LinkedIn Learning 2022

La transformation de la formation en France : 10 chiffres à retenir - Etude LinkedIn Learning 2022 sur le développement des compétences

Sans titre (11)

Les entreprises du digital : des modèles d’organisations apprenantes ?

De la formation à l’emploi - l’importance de la proximité

De la formation à l’emploi : l’importance de la proximité