Filière EdTech en France : où en sommes-nous ?

SEP-GRIS-EXTRAIT

1,3 milliard d'euros de chiffre d’affaires, 10 000 salariés, 438 millions d’euros levés… Retrouvez dans cet article les chiffres-clés de l’étude menée par EdTech France, EY-Parthenon et la Banque des Territoires sur le secteur EdTech en France en 2021.

SEP-GRIS-EXTRAIT

Le mercredi 16 mars 2022 se tenait le webinaire de présentation de l’étude sur la filière EdTech en France en 2021, conduite par EY-Parthenon, la Banque des Territoires et EdTech France. Cette présentation des évolutions du marché des EdTech a réuni pas moins de 200 professionnels du domaine des EdTech. Nous vous proposons de revenir, en quelques points, sur les informations  importantes à retenir de cette étude.

Un essor sans précédent

L’année 2021 à été une période de forte croissance pour le marché de l’EdTech en France et à l’international. Là où de nombreux secteurs se sont retrouvés en difficulté suite à la pandémie de Covid-19, le domaine des technologies de la formation et de l’éducation n’a jamais connu d’impulsion si importante. Il a atteint des records aussi bien en termes de chiffre d’affaires (1,3 milliards d’euros) que de levées de fonds (+438 millions d’euros) et tout cela rien qu’en France. Des résultats qui s’expliquent en grande partie par la distanciation sociale imposée par la crise sanitaire. Ce bouleversement dans le quotidien de milliards d’individus a poussé enseignants, formateurs et apprenants, à revoir de façon soudaine leurs modalités d’enseignement et d’apprentissage, se tournant alors de façon évidente vers le digital. 

Voyant des opportunités se dessiner, nombre d’entrepreneurs se sont lancés à la conquête de ce marché encore peu connu et exploité il y a 10 ans. On a donc pu constater une multiplication des acteurs en activité, due à l’attractivité croissante du marché. D’où la présence de petites, voire très petites entreprises : 60% des EdTech déclarent 10 salariés ou moins.

Source: Sondage 2020 EY-Parthenon, EdTech France, données EdTech France, Analyse EY-Parthenon
1.Chiffres basés sur les données EdTech France non extrapolées à l’ensemble de la filière

Des acteurs polyvalents

L’étude met également en lumière les domaines dans lesquels se spécialisent les EdTech. Si une grande majorité de ces dernières agit principalement sur les segments de la formation professionnelle (+53%) et de l’enseignement supérieur (+40%), elles ne s’y limitent pas. En effet, ces entreprises ne se cantonnent pas à un segment particulier et sont souvent présentes sur 2 voire 3 segments d’activité en simultané. C’est d’ailleurs le cas de Learn Assembly dont les clients sont aussi bien des grands groupes que des opérateurs publics ou des business schools. Elles s’adaptent facilement aux conditions des différents secteurs, ce qui leur permet d’évoluer et de grandir rapidement. 
Le segment K12 (Kindergarten to 12 years old), qui regroupe les niveaux scolaire de la maternelle à la terminale, constitue tout de même 12% des activités, pour un secteur pourtant très réglementé.

1 Non exclusif
Source : Données EdTech France, analyses EY-Parthenon

En ce qui concerne les modèles de marché des EdTech, c’est pour une large majorité des relations en B2B (78%) qui ciblent en priorité les entreprises, organismes de formation et écoles. Toutefois, on constate que le B2G (Business to Government) gagne du terrain et représentait en 2021 29% des relations entre entreprises et clients.

Source: Sondage 2020 EY-Parthenon / EdTech France, Analyse EY-Parthenon

Comment est financé le secteur EdTech ?

En 2020, c’est quasiment une entreprise EdTech sur deux (+45%) qui déclare avoir bénéficié de subventions publiques pour financer son développement.  
Favorisée par la présence d’un grand nombre d’incubateurs et d’accélérateurs de croissance, l’Ile-de-france représente le plus grand vivier de start-up EdTech. La région concentre pas moins de 218 sociétés du secteur sur un total de 500 à l’échelle nationale, soit 56%. Dans d’autres proportions, on trouve également les régions AURA (31), PACA (27) et Aquitaine (22). A l’échelle locale cependant, le constat est différent. On déplore un manque de ce type de structures et d’aides. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles  ces entreprises ont plus tendance à s’installer en région parisienne.

Source: données EdTech France, analyse EY-Parthenon

Une dynamique d’évolution à l’international semble également se dessiner. En effet, 57% des Edtech affirment se développer au-delà des frontières françaises. Pour autant, pour 77% d’entre elles, le chiffre d’affaires à l’étranger représente moins de 20% de leur chiffre d’affaires global.

Le mot de la fin

Le marché des EdTech connaît aujourd’hui une période qui lui est extrêmement favorable et semble avoir encore une belle marge de progression dans les années à venir. Les technologies ne cessant d’évoluer, il ne tient qu’à ces acteurs de les exploiter à leur plein potentiel. Reste à savoir comment la Blockchain et le metaverse, entre autres, influenceront le futur de l’EdTech.


Learn Assembly est une learning compagnie dont la mission est d’aider les entreprises à développer l’employabilité de leurs salariés, de manière saine et durable. Architecte et bâtisseur d’expériences apprenantes, nous designons des solutions innovantes de learning pour plus de 200 clients. Learn Assembly c’est aussi Learning Boost, la première solution d’auto-positionnement entièrement personnalisable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Sep-gris-@2-500
template-article.pdf

Gouvernance de la fonction L&D et formation : interview de Sébastien Andreck chez Covéa

template-article.pdf (6)

Gouvernance de la fonction L&D et formation : interview de Caroline Meurisse chez Axian Group

Livre blanc-LA

Faire mieux avec moins : l’enjeu des directions L&D en 2023

Copie de template-article.pdf (1280 × 720 px) (3)

Gouvernance de la fonction L&D et formation : interview de Mélanie Lucas chez Adeo

template-article.pdf (1280 × 720 px)

Gouvernance de la fonction L&D et formation : interview de Joël Gabon, Global Director for Learning & Talent Development chez Club Med

visuel article CPF

Le CPF rend-il plus apprenant ?