Learning Curation Officer : comment la veille transforme la curation ?

3 mn de lecture

SEP-GRIS-EXTRAIT

« Si 10 personnes d’une même entreprise se mettaient autour d’une table et partageaient leur veille, on aboutirait sans aucun doute aux constats suivants : des dizaines de milliers d’euros d’achat de prestations et des heures et des heures de recherche pourraient être économisés pour se concentrer sur des tâches à plus forte valeur ajoutée »

SEP-GRIS-EXTRAIT

Article écrit par Antoine Amiel, CEO LearnAssembly

Le métier de responsable formation existera-t-il encore dans une dizaine d’années ? La question mérite d’être posée, tant les métiers de la formation se transforment et s’hybrident. De nouvelles compétences émergent jusqu’à prendre une place centrale, qui finit par transformer la nature même du métier.

Prenons l’exemple de la veille; le recours à des partenaires externes pour former ses collaborateurs est une pratique vieille comme le monde. Sourcer, rencontrer, tester les bons partenaires, puis assurer un retour d’expérience afin de prolonger l’expérience le cas échéant, est l’une des missions essentielles des responsables formation.

Avec le digital, le travail de sourcing va bien plus loin que l’animation d’un pool de cabinets et d’organismes de formation privilégiés. Les besoins de formation, aussi bien en terme de modalités que de thématiques ont explosé : le sourcing pourrait donc devenir un métier à part entière, ou prendre une place prépondérante.

La professionnalisation de la veille est donc la prochaine étape; on peut bien sur citer les outils de curation de contenus comme Scoop.it ou Pocket; les mécanismes d’alerte comme Google Alertes ou Mention; ou encore l’abonnement à des newsletters pertinentes. Cependant, cette pratique de la veille a un défaut majeur : elle se fait au niveau individuel.

Si dix personnes d’une même entreprise se mettaient autour d’une table pendant une demi-heure et partageaient leur veille, on aboutirait sans aucun doute aux constats suivants : des dizaines de milliers d’euros d’achat de prestations pourraient être économisés, des heures et des heures de recherche pourraient être économisés pour se concentrer sur des tâches à plus forte valeur ajoutée et au passage, on contribuerait à désiloter les équipes et à développer la collaboration.

Automatiser sa veille n’est que la première étape. La partager, la faire valider par des experts puis la mettre à jour – car hélas, les contenus ont une obsolescence accélérée – sont les étapes suivantes. Nous le constatons chaque jour : les experts métiers sont de plus en plus sollicités par les designers de formations. Ils doivent définir les messages-clefs et les objectifs pédagogiques, valider les contenus, contribuer à leur production etc… Leur proposer un outil pour partager leur veille ferait gagner un temps fou aux designers pédagogiques.

Enfin, on voit émerger des plateformes comme Edcast ou Degreed qui proposent d’automatiser la sélection de contenus en fonction des besoins individuels de formation. Ce travail se fait au niveau de l’apprenant, sans passer par le service formation qui est “ubérisé”. Néanmoins, la maturité des individus en matière d’auto-formation ralentit le déploiement de ces solutions qui sont des bijoux technologiques, encore trop en avance sur les besoins réels du marché.

Si vous souhaitez partager vos bonnes pratiques, LearnAssembly vous invite à rejoindre sa communauté des digital learning managers. Partagez votre veille, vos questions entre pairs.

(La communauté est entièrement gratuite et vos données ne seront en aucun cas commercialisées à des tiers)

Et si vous souhaitez en savoir plus sur les solutions valorisant la veille et les compétences cachées de vos collaborateurs, prenez contact avec nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Sep-gris-@2-500
LAP_dossier_mobilité_femmes

Plafond de verre ou paroi de verre ? Les enjeux de la mobilité féminine

LAP_dossier_mobilité_technologie

Mobilité interne : faut-il croire au solutionnisme technologique ?

LAP_dossier_mobilité_Suez1

Comment développer la culture de la mobilité pour tous, dans un contexte de transformation culturelle ? Interview d’Astrid Sithavaja – Suez

LAP_dossier_mobilité_SNCFfeminin

Le réseau « SNCF au Féminin », acteur de la mobilité des femmes

LAP_dossier_mobilité_ordinaire

Nous ne serons pas tous boulangers après avoir été consultants : enquête sur l’ordinaire de la vie professionnelle

LAP_dossier_mobilité_seniors

Mobilité : que faire de nos jeunes vieux ?

Nos articles vous plaisent ? Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé(e) des nouvelles publications sur Learn Assembly Papers